The inner child love work 

When you feel like you are not strong enough to reach your goal. When you feel down because the person you love rejected you. When you feel like crap because you failed at something that was important to you. When you burst with anger because you think something is simply not fair and you start a fight to get things right. When you hide behind your friends because you are too shy to stand up for yourself. When you got your feelings hurt because someone does not agree with you. The list goes on and on.
.
I learned that when these things happen it’s not our adult self who expresses itself but rather our inner child. It’s the child inside everyone of us who feels unheard, rejected, less that he actually really is.
.
« How come that there is an inner child inside me? I AM NOT PREGNANT ALICE !! Are you insaaaaane?  »  you might said (or not).
.
The inner child is the tiny you. It’s the kiddo you were. Why is he waking up sometimes when things are not so great in your life? Well. We are all different and experienced different things when we were younger.
Sometimes some of us did not receive enough love, acceptance, security from their parents. Sometimes we were not heard, listened to, hugged enough, we did not received messages like « I love you for just the person you are, you are unique and beautiful ».
It’s not our parents fault. They did the best they could. They couldn’t teach their children what they did not know themselves and what was done by their own parents. It’s normal.
.
So let’s say that one day when you were 4 you have cried so so much and nobody has noticed you might started, few years later, unconsciously, to feel invisible and maybe you might start to tell yourself that your emotions and feelings are not legitimate. By growing up you start keeping all inside yourself and you tend not to say your mind or how you feel because of the bad experience you had.
.
Or if one day you felt humiliated and nobody was there to protect you and explained that you are not what others think of you then you also might tend to build a protection bubble where you don’t let people in, in your life (even if the people are good ones). You know what I mean?
.
When you feel injustice and you start screaming like crazy it’s your inner child who is screaming.
.
By giving love and attention to our small tiny cute inner child, by asking him/her what/how he feels, the inner child will receive the love and attention he didn’t have and will feel much better. This will result of YOU feeling much better. Win-win situation :).
.
No one else but you can feed your inner child. The past is the past and there is no use blaming others for what we deserved but never received. It’s our job now as grown-ups to give ourselves what we really need. Starting to tell ourselves messages like « I am crap », « I never do anything well », « I will never find true love or my dream job » etc won’t lead you anywhere. Just the opposite.
.
And you will see, if you do this everyday, if you really listen to yourself, you will see how great yourself and life is. With your inner child and with your adult self. Together as one and beautiful team.
                      Alice

° LIVING WITH YOURSELF °

 

J’ai regardé deux fois la série intitulée LIVING WITH YOURSELF sur Netflix et je voulais en parler car je l’ai trouvé géniale. Au début j’avais des réticences car je n’aime pas spécialement les films, séries, livres où on décrit les mêmes scènes mais vécues du point de vue de différents personnages néanmoins là c’était une très agréable surprise et j’ai apprécié l’ensemble de la série.  Il y a beaucoup de spoilers dans cet article donc si vous n’avez pas vu la série et que vous ne voulez pas savoir comment ça se fini etc regardez d’abord et venez lire ça plus tard si ça vous intéresse. 

 
Juste  rapidement pour résumer la série parle d’un homme qui est au ras des pâquerettes et qui déprime abondamment alors qu’il a  » tout pour être heureux » notamment une épouse exceptionnelle, une bonne situation, une maison, une bonne santé etc. Un jour dans sa vie débarque son clone, disons « la meilleure version de lui-même » (donc tout son contraire à ce moment là de sa vie) et ils vont devoir gérer cette situation burlesque ensemble, et ne pas se faire prendre. 
.
Résultat de recherche d'images pour "living with yourself netflix"
 
Voici les différents points que je voulais aborder ce jour par rapport à la série :

 
1. Une personne : deux façon d’être.
 
Ce qui m’a direct marqué c’est le fait qu’une même personne adoptant des comportements totalement opposés puisse littéralement tout changer autour de lui. 
 
Je m’explique : Miles 1 est un personnage quasiment dans un état dépressif on pourrait dire : il ne sourit plus, n’en peut plus de son existence et ne fait aucun effort pour aller mieux, on voit le personnage à chaque fois la mine renfrognée, les yeux éteints, la posture courbée, triste, morose,… Lorsqu’il parle on dirait davantage qu’il baragouine dans sa barbe, il est évasif et gris (AGRI :D). 
 
En revanche, Miles 2, son clone représente quant à lui, tout le contraire : le fait qu’il regarde toujours les autres dans les yeux, avec un large sourire, qu’il se tient toujours droit, qu’il porte des vêtements et coupe de cheveux qui le mettent en valeur, qu’il aime être tactile avec les autres (prendre dans les bras etc) montre à quel point il est ouvert et positif et cela fait du bien (dans une certaine mesure, on y reviendra). 
 
En fait c’est un point  important pour moi dans cette série car je réalise qu’une personne peut totalement se transformer elle-même si elle commence par changer ses pensées et sa façon de voir les choses. En adaptant une vision plus optimiste et en prenant du recul par rapport à ce qui arrive dans ma vie, en faisant la part des choses et en acceptant que tout ne soit pas parfait on se donne plus de chance de vivre heureux. En étant plus ouvert aux autres et moins centré sur nous-mêmes on se laisse être heureux. En travaillant sur notre estime de nous et notre confiance en nous, nous nous sentons bien.
 
Je trouve que l’acteur principal joue à merveille car il met parfaitement bien en avant le contraste entre les deux personnalités et sincèrement moi cela me prouve que si je me sens un peu pourrie et pas à mon avantage je peux carrément faire quelque chose pour me sentir mieux. 
 
2.  Le souci du passage à l’action
 
En rapport avec ce qui a été dit précédemment,  dans l’episode 5 on voit comment la vie et  le quotidien se passe pour Kate (l’épouse) et également le changement entre la période « joyeuse » du couple et la transformation de la routine à cause de la déprime de Miles qui perdure.  
 
Lié (d’après ce que nous montre cette saison) principalement à son travail qu’il ne trouve ni intéressant ni inspirant mais aussi p-e à cette histoire de bébé, Miles est éteint et n’a plus de gout à rien (rime). Mais on peut observer comment le personnage de Kate se positionne face à tout cela, puisqu’elle aussi a vécu la même chose que lui en ce qui concerne le blocage quant à la grossesse et elle prend les choses totalement différemment, elle est plus dans une dynamique active que passive. 
 
On peut se poser la question de savoir alors : s’il n’aime pas son job qu’est ce qui l’empêche de changer? D’en trouver un mieux ? Pourquoi accepte-t-il d’être depuis des mois ainsi? 
 
Car je suis consciente du fait que lorsque ça va mal, on a besoin d’une periode où on va pleurer, déprimer, râler, broyer du noir. Mais passé un certain temps, nous nous relevons et nous voyons comment améliorer notre situation, ce qui ne semble pas être le cas de Miles. Ou bien le personnage vit réellement une période de dépression et dans ce cas là une aide extérieure serait utile. 
 
4. La comparaison
 
Vous connaissez cette réplique :  « On ne doit se comparer à personne d’autre qu’à soi-même « ? Eh bien pour moi c’est exactement l’idée avec cette série.
Se comprarer aux autres n’a aucun sens car on est différents. Je ne me peux pas me comparer avec Béyoncé par exemple car on est totalement opposées et ça n’aurait ni queue ni tête. Je ne peux pas me comprarer avec ma soeur car elle est sa propre entité à elle-même et moi je suis unique à ma manière. Par contre, ce que je peux faire c’est me dire « Ok Alice hier t’as été infecte avec cette personne et c’est pas correct donc la prochaine fois que tu vois cette personne tu vas t’excuser ». Et je le fais. Et là je peux comparer mes actions d’hier à celles de demain et comparer. Et grandir ainsi. Ca ça a de la valeur, du sens. Pas se comparer aux copines, célébrités et compagnie. Du moins de mon point de vue.
.
5. La scène de la danse 
 
Ce qui est touchant à un moment dans cette série c’est quand Kate a beaucoup de mal à danser avec Miles 2 sur la musique de leur mariage avec toute la chorégraphie car elle ne se sent pas à l’aise pas en « osmose » disons avec le Miles « trop super » alors que lorsqu’elle danse avec Miles 1 celui avec lequel elle  a partagé bons et très mauvais moments comme elle dit, tout lui revient et c’est adorable à voir, tous deux dans leurs imperfections, leurs douleurs, leur côté maladroit et touchants.  
 
Dans ce passage ils donnent tout le meilleur qu’ils ont au fond d’eux et c’est juste idéal ainsi.  Et c’est même bien de pointer du doigt le fait que Kate se sent affreusement mal dans cette scène car avant la danse elle veut absolument dire à Miles 1 qu’elle l’a trompé car elle se sent très mal avec cela, pourtant il ne l’écoute pas, met la musique et elle se « force » à danser même si elle est très triste et ça montre aussi combien elle, elle tient à lui et est prête à rester avec lui car elle l’aime, à faire des efforts, malgré le fait qu’il ne soit pas aussi jovial, drôle, généreux par moments. JE SUIS IN LOVE DE CETTE SCENE DIDIOU. 
 
6. Devenir la meilleure version de nous-même ne signifie pas devenir parfait.
 
D’ailleurs l’episode sept est chouette car on voit le côté totalement psychopathe de Miles 2 pour obtenir ce qu’il désire : Kate. Il se « déguise » en Miles 1 et tente d’entrer dans son personnage de mec hyper déprimé de la vie et c’est même drôle. On voit à quel point, lui fait tout pour atteindre son objectif (avoir Kate car il est amoureux d’elle) et est prêt à ne plus être totalement lui-même pour. Miles 1 en revanche prend Kate « pour acquis » il ne se pose pas la question de savoir si elle est heureuse, comment se passe sa vie au travail ou quoi que ce soit. Elle ferait comme partie du décor dans sa vie et c’est sa qui rend aussi la situation si déprimante et injuste pour le spectateur. 
Dans l’episode sept toujours les deux clonés (Miles et Dan) sensés être « parfaits » ont des émotions de tristesse, sont déprimés et ça j’ai trouvé très bien car cela les rends plus authentiques. On peut être la meilleure version de nous-même et accepter le fait que parfois on a juste besoin d’être dans la tristesse et de broyer du noir, que c’est humain et normal. 
 
Car au départ j’avais vraiment la sensation que Miles 2 était plus une sorte de robot qu’autre chose. 
 
Le souci de ces  « nouvelles meilleures versions » est qu’elles sont pleines de défauts : l’impolitesse (ils coupent souvent la parole à cause de leur dynamisme, donnent des ordres aux autres souvent, ne supportent pas qu’on les rejette ou avoir des critiques, ont un complexe de supériorité, sont parfois superficiels, immatures (Dan qui jette les affaires de Miles par terre car il est jaloux..), ont un caractère un peu obsessionnel etc.
 
Le seul vice que Kate trouve à Miles 2 est non seulement qu’il est inexpérimenté dans certains domaines genre sexuellement (car c’est comme un « nouveau-né dans le sens où il n’a jamais expérimenté des tas de choses car il est « venu au monde » récemment  »  et comme il le dit bien lui-même il n’a que des souvenirs qui ne sont mêmes pas réels – ce sont ceux de Miles 1 -, qu’il n’a pas lui-même vécu) mais surtout et avant tout qu’il soit tout le temps « super » et que ça c’est très difficile à vivre pour quelqu’un d’autre. 
 
Imaginons que vous êtes avez quelqu’un de toujours bonne humeur, optimiste, réactif etc. Ce n’est pas humain et je pense que sur le long terme ce serait peu sain car on a besoin parfois de partager d’autres emotions avec quelqu’un que de la joie ou des rires afin qu’une connexion intime puisse également se faire.  
 
 
 
3. Mes répliques préférées :
 
Il y en a plusieurs et elle m’ont beaucoup parlé / touché car je me suis retrouvée dans ce qui a été dit. 
 
a) Conversation entre Miles 1 et sa demi-soeur :
« Pourquoi je ne suis pas heureux? »
« Peut-être car tu ne le mérites pas? »
 
J’ai trouvé ça extrêmement parlant car au final, il a tout en lui pour changer les choses et être heureux et le fait de lui dire cela montre bien à quel point il est le seul acteur de son propre changement et que tout ça ne dépend que de lui.
 
b) La scène du combat entre les deux Miles : 
 
Miles 2 : « Tu as tout eu pour être heureux et t’as tout gâché « 
 
« Tu as gâché ma vie !
« Tu t’es toi-même gâché ta vie ! »
 
Et d’autres petites phrases magiques sorties entre deux coups de poings. 
J’ai aimé cela car les deux personnes disaient clairement comment ils voient les choses puisqu’ils se trouvent dans une telle rage et un réel sentiment d’injustice (Miles 1 reproche à Miles 2 d’avoir couché avec sa femme, d’être parfait dans tous les domaines (c’est ce qu’il croit), de vouloir prendre sa place et se sent donc extrêmement jaloux). De l’autre côté Miles 2 semble hair Miles 1 car il le trouve insupportable dans son inaction, dans sa façon de se comporter comme un gosse centré sur sa petite personne et dans la façon dont il ne semble pas voir combien sa vie est enviable. Ce moment est très beau pour moi car il me renvoie aussi à ma vie et à comment je vois les choses parfois.
.
Résultat de recherche d'images pour "living with yourself netflix"
 
Conclusion 
 
 
C’est l’une de mes series préférées pour sur car elle entre vraiment dans cette catégorie psychologie et développement personnel pour moi.
 
Quand a la fin ils font la paix et que le cloné avoue en pleurs : « Tout ce que je voulais c’était ta vie » et là c’est une jolie façon de symboliser le fait que souvent notre vie est parfaite : nous avons une maison, une famille et des gens qui nous aiment même si on est chiants » mais on décide de voir les choses négativement parce qu’on a pas tout ce dont on désire.. Et c’est un très beau message, une grande morale.
Encore une fois, j’ai adoré c’est de voir que la même personne, ici le même acteur peut radicalement changer seulement en adoptant de nouveaux comportements et je me dis qu’en fait ça s’applique pour tout le monde.
 
Je me demande juste s’il n’y avait pas eu cet episode avec le fameux spa si Miles aurait changé et ouvert les yeux par lui-même? Est-ce que le couple aurait fini par divorcer? Kate aurait-elle trompé Miles avec un autre homme? Quel est votre avis? 
 
Enfin, je vous recommande chaudement cette courte vidéo de ce monsieur qui explique hyper bien la série et les symboles cachés : 
.

Comment j’ai vécu l’harcèlement scolaire

Aujourd’hui j’aimerais écrire un texte sur le harcèlement que j’ai subi lorsque j’étais au collège. Je vous expliquerais en bas pourquoi j’ai décidé d’aborder ce sujet cher à mon cœur.

Quand je suis arrivée en 4ème tout allait plus ou moins bien. J’avais passé deux belles années en 6ème et en 5ème comparé au supplice de la dernière année d’école primaire donc j’étais assez contente.

Mais ça n’a point duré longtemps : une fille de grande taille et au visage glacial a commencé à s’en prendre à moi. Je ne sais pas quelle en a été la raison, peut-être que j’avais dit quelque chose qui ne lui a pas plu, je ne suis pas certaine de comment ça a commencé mais en tout cas ça a commencé et pas sympathiquement. Comme elle faisait flipper, je n’étais pas la seule a avoir un peu peur d’elle.

Insultes, moqueries, humiliations, elle demandait régulièrement aux garçons assis derrière moi en classe de donner des coups dans ma chaise pour m’emmerder.

Evidemment j’étais tellement mal que protester et leur gueuler dessus ne m’était pas possible. Encore moins suivre le cours d’anglais qui avait lieu. Alors je baissais la tête et les yeux et j’attendais que le cours se finisse en retenant mes larmes et ma peine. Je me demande encore aujourd’hui comment ce harcèlement n’ai jamais été remarqué par les professeurs ou les surveillants. Mes camarades de classe étaient souvent spectateurs de ce cirque cruel mais personne ne disait rien, personne ne faisait rien.

Je me souviens d’un jour, je crois que c’était en cours de maths où les élèves commençaient à s’installer à leur place respectives avant le début de la classe et elle m’a lancé un ‘’salope’’ au visage.

Comment expliquer à une fille de 12 ans qu’insulter une petite gamine blonde et triste de salope n’est disons pas seulement le qualificatif le plus adéquat mais que c’est d’une extrême violence. Parfois je me dis que les mots peuvent blesser plus que des coups.

Le jour du début de la fin de cette mésaventure qui a duré quelques temps et qui a grandement pourri mon quotidien a débuté normalement : se lever, manger les céréales le matin, mettre son sac sur le dos, marcher jusqu’au collège, entendre la sonnerie, aller en cours. Ce qui a été diffèrent des autres jours était le fait d’apprendre par un sous- fifre de la folle furieuse que j’allais me faire tabasser après l’école, vers 16h donc. Et c’est là que j’ai réalisé que je ne pouvais plus me taire face au problème. Que là, il y avait réel danger pour ma poire.

Et donc ce fut le difficile moment où j’ai dù en parler à un adulte. Je crois que j’avais appris mon planning de fin de journée en cours de physique et vu que c’était le dernier cours de la journée, si je sortais de la je risquais d’avoir mal. Donc j’en ai parlé à cette prof un peu blasée de la vie de ma situation, lui demandant d’appeler ma mère, qu’elle vienne me chercher au collège. La prof en question m’a dit quelque chose du style ‘’ mais pourquoi vous n’en avez pas parlé plus tôt, c’est grave’’ blablabli, en gros elle tombait des nues.

Je ne sais plus vraiment ce qui s’est passé ce jour-là mais en gros ma mère a appelé sa mère, y a eu un gros scandale de dingue si bien qu’au bout de quelques temps, l’harceleuse est venue dire ‘’Je suis désolée’’ et ma mère m’avait prévenu, avant que le jour fatidique des excuses n’arrive, de répondre clairement TOUT sauf ‘’c’est pas grave’’.

Et après tout ce bordel, étrangement, mes bourreaux ont été doux comme des agneaux avec moi et on m’a plus emmerdé et j’ai pu passer une année de 3ème sympa.

J’ai perdu beaucoup d’estime et de confiance en moi lors de cette période. Je pense que quand on est déjà un enfant un peu sensible, qui se sent diffèrent des autres et rarement à sa place ce genre d’expérience peut réellement faire des dégâts. Heureusement, ma vie aujourd’hui ne ressemble en rien à ma vie de fillette harcelée. Je me dis qu’a cause de ce qui s’est passé j’ai appris à bâtir des murs autour de moi et je ne laissais que quelques personnes passer par la porte pour entrer dans mon univers, ceux en qui je pouvais vraiment avoir confiance. J’ai aussi appris que j’étais plus forte que je ne l’aurais pensé.

Je n’ai pas parlé d’une personne essentielle lorsque ces choses me sont arrivées. Sans cette personne dans ma vie, à ce moment-là où j’étais en souffrance je ne sais pas ce que j’aurais fait, ce que je serais devenue. Il s’agit de Caroline. C’était ma meilleure amie du collège. Et même si on a pris des chemins différents après le collège,  je tiens à dire a quel point elle m’a donné force, espoir et confiance grâce à son amitié et à sa présence à mes côtés. Ma meilleure amie était là quand je me faisais insulter, pousser, rejeter, moquer. Elle continuait à rester avec moi, à vouloir me voir, à vouloir de moi quand personne d’autre ne voulait de moi et pour cela je lui en serait éternellement reconnaissante. Dios, j’ai même des larmes qui coulent en écrivant ce passage émouvant.

Ce que je voulais dire avec cet article en fait c’est que le harcèlement c’est pas quelque chose de nouveau, ça a existé bien avant moi, ça existe encore aujourd’hui (de façon amplifiée même, via les réseaux sociaux etc.).

Avec cet article je n’attends pas à ce qu’on ait pitié de moi ou qu’on dénonce l’injustice de ce que beaucoup de personnes, qu’ils soient enfants ou adultes finalement, peuvent vivre à cause de la méchanceté et cruauté des autres. Ce que je veux dénoncer en décrivant un épisode très intime de ma vie c’est combien il est ESSENTIEL de réagir lorsqu’on voit quelqu’un être victime d’harcèlement. JE CAUSE DE N’IMPORTE QUEL TYPE D’HARCELEMENT (sexuel, scolaire, physique, verbal, en ligne…). C’est tellement important. Parfois c’est difficile pour la victime d’en parler mais il est essentiel, pour sortir de ce cercle vicieux de se donner de la voix et surtout de l’importance. Dire ‘’ Je suis important et ce qui m’arrive n’est pas juste. Je ne mérite pas cela’’. Personne ne mérite cela. On a pas besoin d’humiliation pour grandir, pour évoluer, pour devenir la meilleure version de nous-même, pour s’aimer. Le harcèlement sert encore plus à nous rapetisser, à nous détester, à nous introduire une petite voix qui nous critique sans cesse ‘’T’es pas assez bien, tu ne le seras jamais ».

Souvent je me suis dit si je devenais prof ou si je faisais des interventions dans les écoles la première chose que j’aborderais serait ce sujet-là. Car c’est trop important. Je me suis déjà imaginée devant des élevés en leur disant ‘’ la première chose que vous devez savoir c’est qu’ici on se respecte. On est pas oblige de s’aimer mais on se tolère, on fait équipe ensemble. Nous avons nos différences, nos propres caractères et personnalités mais ça n’enlève en rien la caractère bienveillant que je veux instaurer ici. Considérez cette classe comme une seconde famille où on s’entraide et s’écoute ». Alors oui, pour certaines personnes se discours pourrait faire légèrement sourire mais si vous saviez comme, tout au fond de mes tripes j’ai besoin de voir cela dans ce monde. J’ai besoin d’environnements où on ne se sent pas continuellement jugés, comparés, critiqués pour la moindre ‘’erreur’’ ou la moindre « bizarrerie ». C’est tellement épuisant d’être mesquin. Soyons gentils les uns envers les autres. Regardons nous, acceptons nous PLEASE.

Résultat de recherche d'images pour "harcelement"

N’hésitez pas à partager vos propres histoires sur le harcèlent qu’il est été vécu par vous ou des personnes que vous connaissez et comment les victimes s’en sont sorties.

Je vous embrasse. Vous êtes importants.

Alice

* MON PARI DU SECOND-HAND *

J’ai une grande annonce à faire (la plupart des gens s’en foutent mais pour moi c’est genre SUPER IMPORTANT, GOD DAMN IT). Alors voilà j’ai décidé de ne plus acheter de fringues dans des boutiques genre Pimkie, H&H, Camaïeu, Promod et ce genre d’enseigne et à la place acheter les habits de seconde-main ( via des brocantes, des sites comme leboncoin, vinted et autres) voir qu’on me prête des trucs dont j’aurais besoin au lieu de les acheter (salut les copines !).

 

 

 

‘’ MAIS POURQUOI TU VEUX FAIRE CA ? ‘’ demanderont les plus curieux, EH bien les amis j’expose ici le pourquoi du comment :

Un peu comme pour mon approche du minimalisme et du zéro déchet (c’est pas parfait mais la perfection n’existe pas, on le sait bien) je ne souhaite plus encourager le business de la fast fashion en achetant leurs produits et donc en favorisant toujours plus la demande. On a pas besoin de tous ces trucs, arrêtez les gars !

 Je ne suis ni d’accord avec les conditions de travail imposés dans certains pays en voie de développement ou avec leurs conditions salariales, je ne suis pas non plus d’accord avec cette mode du toujours plus, toujours tout en changement, t’achètes un truc le mois d’après c’est démodé donc tu dois racheter pour être comme tout le monde, du ‘’greenwashing’’ qu’utilisent de plus en plus de marques et qui nous prennent pour des truffes (salut H&M).

J’ai des fringues provenant de chez Jennifer par exemple qui se sont rapidement abimés et qui ne sont pas de bonne qualité. Donc si c’est pour acheter de la merdasse autant l’acheter de seconde main et  à deux balles ai-je envie de souligner.

A la place j’aimerais me pencher sur ce qui a déjà été créé et l’utiliser au lieu de toujours tout jeter et gâcher. Je parle ici essentiellement de vêtements (vestes, manteaux, jupes, robes, pantalons, hauts, chemises, pulls etc.) et non de sous-vêtements. Je décide également d’acheter si c’est possible des chaussures, baskets, sacs, bonnets etc. de seconde main.

Non seulement cela fera du bien à mon portemonnaie, mais il y aura un réel et juste échange entre la personne qui vend son produit et moi qui ai besoin/envie de ce produit dans ma vie.

Pour ceux qui me diront « mais c’est dégueu de porter des fringues portés par des inconnus, tu sais pas ou ca a trainé, c’est crado » je dirais : C’EST TOI QUI EST CRADO. Tu vérifies avant d’acheter si tout répond  à tes attentes, tu ramènes l’habit chez toi, tu le laves et tu l’adoptes avec amour et voilà.

Pour ceux qui me diront « Mais c’est compliqué de trouver des trucs sympas seconde main » je répondrais : LA VIE C’EST COMPLIQUE ET HEUREUSEMENT SINON CE SERAIT MORBIDE. Je me souviens encore du glorieux jour ou en Allemagne j’avais trouvé une superbe robe d’été haute en couleur pour trois petits euros (le Graal). Le tout est de bien fouiner, chercher et ca va aller tout seul. Perso je ne suis pas une acharnée du shopping, je faisais déjà rarement les boutiques et je ne suis pas une fana de mode (comment ça, CA SE VOIT ? Non mais OH !) donc si jamais je trouve un truc qui me plait et qui pourrait servir je le prends, sinon pas grave. Bon actuellement j’ai deux paires de chaussures « pour le travail » qui commencent à rendre l’âme donc je crois que je vais quand même devoir me magner le fessard pour trouver des bottes convenables et pas trop chères pour passer l’automne trankil, wesh.

En ce qui concerne les vêtements éthiques, bio, de qualité et tout ce qui s’en suit je suis aussi d’accord que dire que parfois quand je vois les prix je reste un tantinet choquée. Mais la qualité ça coute. Et nous sommes si habitués je crois, à avoir des trucs pour pas trop cher (encore que, parfois quand je me promenais dans les Promod et compagnie je voyais genre 25 euros pour un haut ca me choquait pas mal aussi). Je suis consciente du fait que pas tout le monde est capable de se payer des marques genre organic basics, Maison Alfa, Lovely green par exemple, que c’est un investissement.

Je pense que un peu comme pour la démarche zéro déchet ce ne sera pas toujours rose, d’autant plus que je suis une personne qui a besoin d’essayer avant d’acheter (je ne fais pas du shopping en ligne par exemple, pour ce qui concerne le vestimentaire) mais je suis définitivement prête à essayer d’incorporer cette démarche dans ma vie quotidienne pour être alignée avec mes valeurs (genre justice, respect, écologie toussa toussa)

Est-ce que cela vous arrive aussi d’acheter seconde-main ?

Seriez-vous également tenté de faire l’expérience ? Si non, quels seraient vos freins ?

Vendez-vous ou donnez-vous les habits que vous ne portez plus ?

Si vous avez des sites, idées sur le sujet dont je n’ai pas parlé, n’hésitez pas à le partager !

D’avance merci et à bientôt !

Alice

Tout ce que vous n’avez jamais osé demander à votre psy – Brigitte Minel / Antoine Seevagen

Déprimée, j’ai levé les yeux sur ce livre sur l’étagère. Réservé. Il était destiné à être emprunté par une autre.

Mais je l’ai quand même attrapé malgré la notice et je me suis vite assise à une table à la médiathèque. J’ai sorti mon carnet de notes et j’ai commencé à lire, et j’ai commencé à recopier ce qui résonnait pour moi, ce que je considérais comme important. Les larmes venaient de temps en temps mais plus je feuilletais les pages, plus j’avançais dans le livre plus je devais pleine d’espoir.

Voici donc quelques passages que j’ai recopié de ce superbe livre, en espérant que cela résonne en vous comme cela a été le cas pour moi, surtout si jamais vous vous posez des questions sur les psychologues, les thérapies et toute cette thématique là. Si vous ne vous sentez pas super bien par rapport à certaines choses qui se passent dans votre vie, mais que vous ne savez pas comment vous en sortir seul, notamment. J’espère sincèrement que ce petit article pourra vous donner quelques éclairages. Je vous invite évidemment à acheter le livre pour en apprendre davantage (ou l’emprunter), il est vraiment super et les auteurs sont pleins de bienveillance et de magie, selon moi. Bonne lecture, les amis :).

PS : Quand j’ai fini j’ai reposé le bouquin où je l’avais trouvé. Il était réservé. Et je suis sure que la dame qui l’a voulu en sera bien satisfaite.

  1. « Se sentir mal, souffrir, ce n’est pas une faiblesse, mais le signe que nous devons réfléchir à notre vie. Nous avons besoin d’élever notre pensée et d’apprendre à traverser la souffrance. »

2. « Vous n’êtes pas coupable de vos difficultés mais vous en êtes responsables. »

3.  « Attention de ne pas confondre « Mariage » et relation « Parent-enfant ». »(parfois les comportements et les rôles qu’on joue sont maladroitement définis, à cause de non-dits etc).

4. « Seule la vérité peut nous apporter un bonheur durable. »

5. « Que faisons-nous quand on a mal? On apprend à souffrir en silence et à cacher ce qui ne va pas plutôt que de résoudre les problèmes ».

6. « Un bon thérapeute est comme une bonne sage-femme. Il nous délivre, il nous ramène à la vie. »

7. Conscience et Inconscience : nos réalités. Connaître son inconscient (les choses qu’on a refoulé) nous permet de réfléchir sur nous et à nous connaître.

8. « Raconter va permettre de nettoyer, décrypter l’inconscient. »

9. « La thérapie responsabilise car nous apprenons que nos actes mauvais viennent de votre souffrance. »

10. » Nous devons nous libérer de certaines émotions pour avoir une vie épanouie (ex: peur de la sexualité, peur du jugement des autres). »

11. « Les jeux que nous jouons peuvent être divers : Madame pressée, Monsieur toujours en retard, la victime, Wonder woman… » (personnellement, ce message m’a frappé car j’ignorais réellement que je jouais un rôle : celui de la timide, de la femme super occupée etc.. Jusqu’à aujourd’hui).

12. « Faire une thérapie ce n’est pas faire le bilan technique des réparations à effectuer. » (moi je pensais que c’était ça justement, grosse erreur, on apprend tous les jours!)

13. « Il est courageux et difficile de décider d’affronter ses « démons intérieurs » : peu de gens sont prêts à le faire. »

14. » Il faut sortir sa honte (la verbaliser) pour la dépasser.« 

15. « Une de mes patiente choisit toujours des hommes qui ne peuvent pas l’épouser : Il n’y a aucune raison objective à ce scenario. C’est une programmation inconsciente. « 

16. « La thérapie va nous libérer d’un certain nombre d’émotions qui ne sont plus d’actualité. »

17. « Avec la thérapie, on devient soi-même, avec moins de souffrance et moins de réactions automatiques « (négatives).

18. « Enfant, nous subissons notre vie en nous protégeant de manière plus ou moins efficace. Adultes, il est nécessaire de comprendre que nous avons la capacité de réagir aux situations désagréables et créer des situations heureuses. »

19. « Avec la thérapie, on devient ce qu’on a toujours secrètement rêvé de devenir. »

20. « Les alcooliques ou les personnes avec des comportements de dépendance (drogues, porno, shopping, nourriture..) ne cherchent au fond qu’à remplir leur vie et non à devenir des addicts. »

21. » Dans la vie, on dépense pour « avoir », mais il est peut-être temps de dépenser pour « être« . »

22. « Il faut une grande ouverture d’esprit, de maturité, et un désir sincère de réflexion pour avoir moins honte de ses emotions et accepter de sentir et d’observer ce qui se passe en nous. »

23. « C’est notre honte qui nous donne une image tellement mauvaise de nous-même et de notre passé et qui nous empêche de nous exprimer. »

24. « La dépendance a quelque chose est une façon de rester enfant, de se blottir dans un cocoon (giron maternel). »

25. « Nous aggravons toujours les problèmes lorsqu’ils restent des non-dits. »

Quel est le message le plus parlant pour vous?

Est-ce que parfois vous avez l’envie de consulter mais vous n’osez pas faire le premier pas? Si oui, qu’est ce qui vous bloque concrètement? 

Avez-vous déjà fait une thérapie et quel en est votre bilan aujourd’hui?

N’hésitez pas à laisser un commentaire si ce sujet vous intéresse aussi, et si vous voulez partager quoi que ce soit. Merci !

Lien amazon : https://www.amazon.fr/Tout-navez-jamais-demander-votre/dp/B07KZ36659/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=tout+ce+que+vous+n%27avez+jamais+os%C3%A9&qid=1560969084&s=gateway&sr=8-1

Alice.

 

It’s called external validation

    I had this dream where my ex-boss didn’t want to talk to me anymore because someone in the company told her that I was doing drugs (I don’t know where this comes from by anyway my dreams are always quite weird :)). So I was trying to talk to the former boss saying that it was no-sense, I asked who spread this rumor and that it was basically just a bunch of lies. She wouldn’t listen to me. No matter what I did, what I asked, how I defended myself she was simply ignoring me. It was pointless to go on and I felt so bad for something I didn’t do wrong at all.
In the dream it did not occurred to me to drop the thing and just say « You know what, it does not matter what you think anyways » and simply go on with my life.
.
I spent my childhood and teenage years looking for other’s to love and accept me. If people considered me as intelligent, that’s what I was feeling too. If people saw me as ugly, I felt ugly because I defined myself all the time throughout their eyes.
.
When I was a child, other kids would be really mean to me, saying hurtful things and I would build by identity throughout the words I was hearing about myself (clumsy, ugly, weird, shy, stupid, different). Growing up I had a hard time knowing who I really was because I didn’t allow myself to discover  it myself.
.
I didn’t ask mylsef questions like : What do I like? What am I good at? What are my qualities and drawbacks? I was what people thought of me I was. If it was positive it was great if it was negative well, that’s the way it should be, right?
.
Sometimes I would feel amazing and if people at school would ignore me I would feel so bad I would cry. If I felt rejection I would tell myself things like « Of course they didn’t want you in their lives, who would, you are so shitty ». (true story)
.
Now, even if mean people left my life, something stayed. Something that is accurate for actually and practically everybody. It’s this voice. This mean voice saying things such as  « You are not good enough, you are not strong enough, bright, pretty, cool enough » or « You are too sensitive, too strange, too selfish ».
Yesterday I have decided to give a name to this voice. It’s name is « Doudou ». I wanted to give a cute name because actually it would seem that the only thing that the voice would need to be filled up with is love. Is compassion. Is acceptance. Is letting go. Is Love.
.
I am tired to feel bad all the time because of what others could say or feel. If someones does not like me or is upset about something that’s fine. I need only my own acceptation. I am enough. I am good enough and I don’t need to be accepted by others to accept everything about myself, my good sides and my bad sides. I don’t try to be perfect anymore. It’s high time to just be myself and accept that it is enough.
.
Have you also exprerienced this ?
Does the opinion of others defined you? 
What would you need to fully accept and love yourself just as you are? 

* THE SELF LOVE CHALLENGE *

.
I have never quite well understood why it was so hard for me to learn how to love myself. I have discovered the concept of self-development at the age of 17 and read a lot of books, listened to a lot of podcasts, attended many trainings, watched a big bunch of youtube videos about the subject and, 10 years after I still struggle with this.
.
I surely know that some past experiences have led me to this insecure state but many many many many other people have experienced even worse things than me and they seem to feel quite good about themselves. Actually, what I have lived when I was a kid and a teen, everybody had experienced it (rejection, being made fun of, humiliation…) so it would seem that my very high sensitiveness to what is happening in life is giving me a hard time to let go of the past.
.
Now, at the age of 28 I have decided that there are some things I don’t need anymore. I don’t need to pity myself, to play the victim, to be the small scared kid, to run away from social events like it was something that was burning my soul. I don’t need to be afraid of being rejected or criticized. I don’t want this in my life anymore. I know that there is more than this. And I deserve it.
.
Soooooo I have decided to make a 1 week self-love challenge for myself but I would be extremly happy if you would join me in this. Next week (25.03.2019-> 31.03.2019) I will be applying some everyday steps to lead me to this self-love path. At the end of March I would be able to see what worked, where I have been struggling and where I had more success, what was easy, what wasn’t and why. 
.
1. Let’s put aside criticism 
.
« I shouldn’t have said that », « I should have done that yesterday, what a jerk of me », « Why are you so WEIRD ? WHYYYYY???! » : I basically tell myself all this things on a daily basis, no kidding. Well, well, well. Thanks to Marie Forleo’s youtube video I know that no matter what happen, everything is always figure-outable. Everything. Even if I didn’t do everything on my to-do-list yesterday, even if I acted like crazy in front of my boss, even if I accidentally lost a child I needed to take care of (:))… so what? No one is gonna die, nothind bad is gonna happen. I am not a robot. I don’t need to except myself to do everything. I need to understand what is important, what is urgent, what matters and what doesn’t.
.
Plus, I judge a lot. I aways analyze what I am doing and if that’s fine, because on the one hand I know that can sometimes do better and change things if possible. BUT I also know I have (amazing) flaws such as being a very shy introvert, being weird, being clumsy, being lazy, being too anxious, being to attached to my comfort zone, being too attached to the opinion of others etc.
This week, every time I would hear myself saying negative things about myself I would stop, take a breath and simply ask myself the following question : « Would you say to a 3 year old that he is THIS/THAT? That he is not enough? That he should be more like others »? I really don’t think so. So if you wouldn’t tell such crap to others, why do you tell it to yourself? 
.
But actually what if I had more qualities than flaws? Let’s check.
.
nice / funny / cute / intelligent / curious / organized / brave / open-minded / loving to learn new things / taking initiative / always what to do the best / generous / I care about other / have a lot of hobbies and centers of interests / generous / can analyze things / trying her best to be fair / helpful / loyal / honest / reasonable / creative / imaginative / grateful
.
.
Do a list of at least 10 qualities you know and embrace them (kiss kiss boum boum). Oh if you feel like you cannot find more that 2 you can find inspiration on the internet, there are many lists of qualities, that can help 🙂
.
2. Let’s find a great goal and go get it
.
Normally if we can read this post we have a computer, and we have internet connexion. That means that we live somewhere where almost everything is reachable (we can go for a walk, buy a snack, go to a gym class, learn stuff at the library etc). This means that whatever goal we want to reach we can do it (yep, even if I want to become the new lady gaga, it’s possible). I personally consider that life without having goal is not very interesting. A life with a goal and dream motivate ourselves and teach us determination and hard-work. But as it is written, to reach whatever goal you want you need to WORK FOR IT. You are capable of everything because you have all you need inside you to do so (you are bright, you are brave, you got this). So yes, the first thing is to realize that you are not less that someone else. If another person have reached his goal this does not mean that he is better than you, it simply means that IT’S POSSIBLE ! If he made it, you can make it too.
.
Sometimes I think « I don’t have what it takes to do this » or « how on earth would I succeed in this »? Well actually this is all crappy self-talk (agaaaain). I have the power to be an amazing yoga student if I want to, I can be a great coach if I want to, I can be a great cook if I want to. I just need to believe it, believe in myself, even if others might think that my goals are jokes, I need first to understand that I am strong and that I amble able to have whatever I put my mind into. And so do you. Find yourself a cool goal you would like to achieve, and work for it. You will see how much better you feel about yourself, how proud and happy ya are.
.
Also, in case I would work hard for something and notice that it always somehow seem to fail I would ask myself why, and see what changes would need to be done and adapt this to the situation. And try again.
.
3. Avoid to compare
By accepting and loving the fact that I am unique, that there is no two me, I would be able to give the best version of myself to the world since no one can give that beside me. I have this particular way of talking, behaving that is just mine.
.
This is why I never quite understood why there was so much hate in school or on the internet etc. I mean, people are different and that’s great. Wouldn’t it be boring if everybody would do what I do or had the same opinions or tastes as I do ? I would never learn anything, we would be robots and it  would be the WORST.
.
You are unique. One beautiful piece of inside beauty in the world so why not using this power to be the happiest and healthiest you? Not only you would feel great but other would feel great to have you in their life. Win-win stuff.
.
4. It’s not about perfection
.
I have a hard time to accept that perfection does not exist. I look up to many amazing people and I am convinced that they are perfect : they seem to aways know what to say, how to behave, how to look amazing, what to do, what not to do. Well actually it’s not the case. Even the best ones make mistakes or do something clumsy sometimes. And you know what? It’s not the end of the world. Not only do we learn my making mistakes but we also allow us to be less « serious » all the time. This week I will try to do some silly things (well, not getting drunk and driving my dad’s car for example) but things like : waving good bye to people like an idiot when I get off the bus, dance for my cat even if he snobs me, sing loudly in the car (well actually I aways do that), do yoga in the park even if I don’t have the right clothes to do it etc. It’s gonna be scary I MEAN FUN. It’s gonna be fun. How about you?
.
5. Do something nice for someone else
.
I always think I am the center of attention, that my feelings and I, we are sooooo important. Well, actually most of the time I am quite invisible and people don’t even pay attention to me (sorry, what?). So instead of being always self-centered why not trying to talk to someone I don’t really know? Why not give a compliment to a nice looking-guy on the street (just kidding), why not giving something to someone, when the person doesn’t even expect it? Thinking about other people instead of myself will make me escape from my over-thinking habit and will be pleasant for someone else for once. What would you do this week?
.
(PS : for these people who always take care of others, who always put first the needs and wishes of others, take this week to be more present for yourself – take time for yourself to rest, to go for a walk, to read, just do something that makes you happy), you deserve IT.
.
If I would be able to incorporate this new actions to my daily life I would certainly be able to stick with them for longer. And that’s the goal. Replacing the bad habits by healthier ones will help myself on the long run and teach me how to be more gentle and loving for myself. Because it’s true when they say « How do you except someone to love you or you to truly love someone else if you are not capable of loving yourself first? ».
.
I need to understand that learning how to love myself it’s not something that will happen overnight. It can take time and it takes work and even discipline (just like learning a new skill actually). Because there would be moments like « Omg I am SO amazing I love myself so much » and others when something bad would happen and I would feel down and I would be rather like « I am a catastrophe, I need a hole to hide now ! » and that’s okay. If I feel stressed or bad it’s okay, I will accept that but I won’t stay in this state for days. I would allow myself some hours to feel crapy and then I will do again all these exercices I have written above to lift me up. Talking to a loved-one also helps, big time.
.
For next week, I would also write down some things on a notebook just not to forget some important points if needed.
.
Please let me know if you would like to join this challenge and how it went. Also, if you feel like you are rather a confident person, please give us some advices that would be amaziiiing. Take good good care of yourself this week and the week after, and the week after that and the week after after that one too, lovely ones 🙂
.
Alice

« My skating was great, but my life wasn’t ».

.
Ce weekend j’ai emprunté à la médiathèque le DVD du biopic « Moi, Tonya » réalisé par Craig Gillespie, qui s’est basé sur les témoignages des différents personnages principaux et en a fait cette oeuvre cinématographique unique. Je l’ai beaucoup aimé pour son côté un peu déluré et voulant se rapprocher au mieux de la réalité et des personnes dont on raconte l’histoire ici.

Continuer la lecture de « « My skating was great, but my life wasn’t ». »